Le métier de Directeur(rice) Artistique (DA)

Les métiers de Webdesigner, Ux Designer et Motion Designers ont été présentés dans nos précédents articles. Cela démontre la spécialisation montante des métiers liés au graphisme. Mais ces trois métiers ont un point commun : l’évolution vers un métier exigeant qu’est le Directeur(rice) Artistique (DA).
L’École Garti à Neuilly-sur-Seine, à proximité de Paris, propose ainsi une formation de Directeur(rice) Artistique (DA) en art graphique et multimédia (Un diplôme* en 2 ans certifié par l’État niveau II (équivalent BAC+3/4), enregistré au RNCP). On vous explique le métier, les qualités requises et son environnement.

Conception et la réalisation graphique d’un projet

Le directeur artistique, également appelé DA, a pour mission de superviser pour le compte d’un client la conception et la réalisation graphique d’un projet. Il doit donc concrétiser l’objectif artistique de la communication visuelle du client.Le directeur artistique dirige une équipe composée de graphistes, infographistes, motion designers, photographes, illustrateurs pour une campagne de publicité ou de webdesigners et d’ux designers s’il s’agit d’un site internet. Le projet peut également concerner un film d’animation ou jeu vidéo. Le directeur artistique a pour mission principale de mener la recherche artistique de identité visuelle souhaitée par le client, à qui il va proposer une maquette, un « rough » (un aperçu visuel d’une illustration ou d’une mise en page) ou un « story-board » (ensemble des plans ou scénario). Il détermine les couleurs, les typographies, les logos, les éléments visuels et sonores, les plans des photos pour représenter l’image et la charte graphique du produit ou de la marque à promouvoir.

 

Les trois piliers du métier de Directeur Artistique

Le directeur artistique multiplie les compétences pour aboutir au projet : conception, négociation et management sont les trois piliers pour transformer le brief du client. Il doit en effet présenter au client, tout en suivant le processus de création en collaboration avec l’équipe créative, l’avancement du projet et négocier certains postes budgétaires si ceux-ci ne sont pas en cohérence avec l’objectif du brief.

En atelier ou dans un bureau, le directeur artistique travaille sur la communication visuelle globale d’une entreprise ou plus concrètement sur le message publicitaire au sein d’agence de publicité, de maison d’édition, de production, d’agence presse ou de studio de création.

A jour des nouvelles tendances

Le directeur artistique se tient régulièrement à jour des nouvelles tendances afin de proposer au client une communication adaptée aux dernières modes et normes de sa cible. Il doit être polyvalent au niveau technique et artistique en étant dotée de certaines qualités innées : imagination, curiosité, observation et intuition. Ces qualités doivent être complétées par une formation aux arts graphiques et au design, avec une pointe d’internet pour suivre l’évolution de la communication.

Le webdesigner

L’école de graphisme Garti vous dévoile dans son article du jour le métier de webdesigner qui s’est lui aussi développé avec l’ère d’Internet.

 

Le webdesigner s’est spécialisé dans le design des sites internet suite à la complexification des sites internet qui sont devenus responsive. Il succède au webmaster qui créait il y a encore quelques temps un site internet complet et s’occupe de toutes les tâches : développement, design, community management, rédaction web, administration réseau, optimisation du référencement (on ne parlait pas encore de SEO).

 

Le webdesigner crée les éléments graphiques d’un site internet dans le cadre de la conception et la réalisation d’un site internet vitrine ou e-ecommerce. Les éléments graphiques sont nombreux : boutons de navigation, bannières, illustrations, et… Ces derniers respectent le cahier des charges du client et la charte graphique qui reprend l’identité visuelle de la marque. Le webdesigner place les contenus dans les pages du site internet en privilégiant la navigation et l’ergonomie et ainsi obtenir un site internet simple, efficace, intuitif, rapide et lisible.

 

Le webdesigner cumulent les compétences techniques et créatives

Le webdesigner cumulent les compétences techniques et créatives de directeur artistique, qui lui dirige le projet artistique d’une identité visuelle, d’infographiste et d’intégrateur web. Il doit assurer le bon fonctionnement technique avec l’intégration des éléments graphiques. Il doit également avertir des éventuels blocages en cas de contraintes techniques trop importantes. Il fait l’interface entre le client et le chef de projet en descendant les instructions aux infographistes, intégrateurs web et développeurs.

 

La double compétence technique et graphique amène le webdesigner à connaître les langages de programmation internet (html, css, javascript) et à maîtriser les logiciel de design ; Photoshop, Illustrator, Flash, Indesign, Dreamweaver… Il peut travailler au service d’une agence web ou de publicité, d’un studio de création multimédia ou dans toute entreprise ayant une activité dans l’informatique. Grâce à sa double compétence fortement appréciée, il peut rapidement évoluer au poste de chargé de projet ou de directeur artistique. Mais une formation peut également permettre d’accéder directement à ces responsabilités.

,

Le motion designer

L’école de graphisme Garti vous présente aujourd’hui un autre métier du secteur du multimédia qui s’est développé avec internet et qui est encore méconnu : le motion designer qui est un graphiste qui conçoit et réalise des animations interactives. Il a la particularité d’être très créatif et de posséder des compétences techniques. L’univers d’internet est effectivement très visuel et dynamique et c’est le motion designer qui est chargé d’intégrer les techniques d’animation (vidéo, animation 2D et 3D, effets spéciaux, texte, son, typographie) dans les productions graphiques commandées par les clients pour leur projet qui peuvent être des films de présentation, des clips musicaux, des messages publicitaires. Les productions graphiques se sont adaptés au web en devenant des « rich media » qui mêlent plusieurs types de contenus pour augmenter l’interaction avec les internautes.

Afin de parvenir à la conception et à la réalisation de la production graphique, le motion designer utilise plusieurs logiciels professionnels et souvent connus du grand public : Photoshop, Illustrator, After Effects, Flash, Cinema 4D, Fusion, Nuke, etc… Ces logiciels vont lui permettre d’effectuer toutes les phases de production successivement : rendu des images, montage, étalonnage, encodage, transition, conception des mouvements. Le motion designer suit le storyboard qui raconte une histoire (le fameux storytelling) et qu’il a construit après avoir fait valider le schéma par le client. Le storyboard présente les séquences du projet en suivant le scénario déterminé en cohérence avec le cahier des charges fourni par le client.

_JCM4118

Au sein d’un studio de création, d’une société de production, d’une chaîne de télévision, d’une agence de communication ou en freelance, le motion designer fait parti de l’équipe artistique menée par le directeur artistique ou le directeur de production et est entouré d’autres créatifs pour mener à bien leur projet. Ils sont eux-mêmes spécialisés dans leur tâche : développement web, flash, animation 3D, illustrations, graphismes vidéo, etc…, et vont suivre les moodboards réalisés et proposés par le motion designer. Les moodboards sont des éléments importants dans la conception de la production graphique puisqu’ils reprennent l’univers et l’ambiance souhaités par le client. C’est pourquoi les moodboards sont également appelés les planches tendance ou tableaux d’humeur.

S’il travaille sur la présentation de produit ou de son fonctionnement, le motion designer est également appelé par les agences pour réaliser leur propre présentation à destination de leur client. Cela permet de montrer leurs compétences au niveau graphique et d’utiliser le fort impact du motion design.