PHOTOCHOPE, UN FILM À MA FRONTIÈRE ENTRE LE 7ÈME ART ET LE JEU VIDÉO

Réalisation :
Adrien et les étudiants de l’Ecole Garti

Scénario :
Arnaud, Dimitri et les étudiants de l’Ecole Garti

Montage :
Ecole Garti Genre : Comédie romantique

Note :
5/5

Les images du tournage
Comment parler de Photochope sans évoquer sa réalisation exceptionnelle? Le partenariat Garti/Ecole de la Cité s’était déjà illustré l’année précédente mais avec ce film interactif, le niveau monte clairement d’un cran! On vous explique pourquoi…

Tout d’abord il y a ce ton : volontiers décalé, humoristique et définitivement «djeun’s» (contrairement à cette expression). Le travail des chutes est absolument remarquable et impeccablement mis en avant par les illustrations animées en fin de séquence.
Les graphismes justement jouent un rôle primordial dans cette réalisation. Distillés avec parcimonie et nuances, ils servent le propos global du film. Ils imposent en douceur une interface gaming familière au spectateur qui de ce fait, retrouve ses repères et plonge alors dans un moment de plénitude totale.
Et puis il y a la réalisation. Une prouesse technique magnifiquement maîtrisée et sans aucune fausse note. Ce film relève le défi du point de vue immersif à la première personne. Le spectateur devient acteur et participe ainsi à un tête à tête romantique avec les plus grandes actrices de notre temps.
Une expérience unique ! A vivre absolument !

Le Critique de Cinéma le plus redouté du tout Hollywood.

Rencontre avec l’équipe de tournage

K, Directrice du clap

«Non mais qu’on se le dise, c’est grâce au clap que ce projet est une réussite. J’ai eu à relever de nombreux défis dans ma carrière, mais là, réussir à se retrouver dans ce labyrinthe de scènes relevait presque de l’exploit. On se demande bien pourquoi on est pas récompensé aux Os- cars.»

MJ, sur sa rencontre inopinée avec A

«Lorsqu’A est arrivé, son charme et son charisme d’acteur ont provoqué une envolée d’oies sau- vages sur le plateau. Le réal’ a même dû faire évacuer toutes les poulettes le temps d’une scène osée. Les pauvres, elles se sont fait des films alors qu’entre A et moi c’était déjà du tout cuit, il était dans mon lit!».
NB : Toutes les scènes de ce film ont été tournées dans l’appartement de MJ dont la désormais mythique «scène du lit».

L & K, Duo perché

«Moi je suis les mouvements de sa perche. Quand sa perche se lève, je me lève. Quand sa perche se baisse, je me baisse. Quand sa perche pivote à gauche, je vais à gauche. Quand sa perche se tourne, je me retourne… Et quand sa perche se perd vers la droite… Ba j’lui dis «T’es dans le champs là!»
«Un bon film c’est avant tout un bon concept. Car c’est quoi un film au final? Baaaaah c’est des images. Et des images c’est quoi? Et bien c’est une succession d’idées. Et une succession d’idées c’est quoi? C’est un concept !! Et un bon concept c’est quoi? C’est : Le Cul.»

D, Scribariste

«Mais, vous savez, moi je ne crois pas qu’il ait de bon ou de mauvais scénario. Moi, si je de- vais résumer aujourd’hui ma carrière avec vous, je dirais que c’est d’abord des rencontres, des gens qui m’ont tendu la main, peut être à un moment où je ne pouvais pas, où j’étais seul chez moi. Et c’est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres, forgent une destinée [……………….] à faire le don, le don de soi».

NB : Par souci de gain de place sur votre écran la direction du blog a décidé de ne pas retranscrire l’intégralité de ce témoignage.